Liste des actualités
Agriculture écologiquement intensive - Énergies renouvelables -

Le bois, une solution énergétique qui a de l’avenir

En tant qu’énergie renouvelable, le bois est appelé à tenir un rôle important dans la transition énergétique, notamment dans le mix chaleur établi dans la PPE.

Contexte national et régional

La Programmation Pluriannuelle Energétique dévoilée en ce début d’année a fixé les orientations énergétiques pour les prochaines années. Le bois y tient une place importante puisqu’il contribuera à hauteur de 21% dans la production totale de chaleur en 2023 et de 24,7 à 26,6% en 2028. Afin de remplir cet objectif, plusieurs mesures sont prévues comme l’obligation d’avoir un taux minimum de chaleur renouvelable pour tous les bâtiments neufs. Le budget du Fonds Chaleur de l’ADEME a été augmenté et ses règles seront simplifiées en remplaçant les obligations d’avance remboursables par des subventions.
Par conséquent, un tel contexte offre des opportunités pour le développement du bois énergie, en particulier dans les Pays de la Loire où la ressource est sous-exploitée. En effet, bien que la région ne contienne que 11% de surface boisée (contre une moyenne nationale de 30%), le potentiel de développement est important. La moitié de la ressource, provenant principalement des forêts (puis de l’agriculture, l’élagage et les déchets), n’est pas valorisée, soit environ 2,3 millions de tonnes par an. Ainsi, les études montrent qu’il est possible de doubler le parc de chaufferies collectives et industrielles sans mettre en danger la ressource. L’objectif de la filière est d’accroître le marché du bois énergie et ainsi avoir une récolte supplémentaire de 750 000 tonnes par an à l’horizon 2030.

Développement de la filière

Les acteurs de la filière forêt-bois en Pays de la Loire se sont mobilisés autour de l’association Atlanbois en signant une charte pour mieux coordonner la production de bois, sa transformation et sa vente. Le bois énergie, étant un sous-produit issu de plusieurs activités (industrie du bois, déchets…), il nécessite un développement global des usages du bois impliquant tous les acteurs. En effet, la récolte du bois d’œuvre (moitié inférieure du tronc) entraîne une augmentation du stock de bois énergie (moitié supérieure du tronc, branches et produits connexes issus de la fabrication de planches).
Les appels à manifestation d’intérêt Dynamic bois ont permis d’aider les projets visant à récolter, en forêt, du bois de qualité inférieure en vue de planter des parcelles destinées à la production de bois d’œuvre. La sensibilisation des agriculteurs à la gestion durable des haies bocagères (voir projet Carbocage) et un meilleur tri du bois ont permis d’augmenter les débouchées. Les investissements des centres de tri dans du matériel pour mieux broyer, trier… ont également permis d’accroître le gisement et la qualité des produits.

Installations

Les installations de combustion à bois ou de déchets à bois sont classées sous la rubrique IPCE qui fixe des valeurs limites d’émissions de particules. Le schéma ci-dessous indique les régimes de soumission en fonction de la taille de l’installation et du combustible utilisé.


En raison de l’émission de polluants, les oxydes d’azote, le dioxyde de souffre et les particules, le chauffage à bois (comme toute unité de combustion) est concerné par la réglementation sur les émissions des fumées. Les objectifs de réduction de polluants passent par une amélioration des équipements. Néanmoins, les appareils ayant un label Flamme Verte et les systèmes de filtration des fumées permettent de réduire considérablement les émissions par rapport aux appareils anciens. Se pose aussi la question du devenir des cendres, du fait des qualités nutritives pour le sol et les plantes, une valorisation en fertilisants est souvent privilégiée.

Les bonnes raisons d’installer une chaudière bois

Le bois énergie présente plusieurs avantages, notamment pour l’environnement. En effet, même si la combustion du bois entraîne des émissions de CO2, la croissance des arbres par la photosynthèse nécessite une quantité similaire de CO2. Par conséquent, il n’est pas soumis à la taxe carbone. Lorsque la gestion des forêts est durable, comme en Europe (moins de récolte que d’utilisation), le bilan carbone de la filière bois est très favorable. Le bois énergie permet de se substituer du gaz et du fioul qui émettent respectivement 4 et 10 fois plus de CO2. Ce bois est issu de filières locales, il donne donc de la valeur aux territoires et génère des emplois non délocalisables. De plus, le bois et ses déclinaisons disposent d’un prix compétitif en comparaison avec les énergies fossiles. Ainsi, son coût, qui est 2 à 34 fois plus faible, est stable et maîtrisé dans le temps. Les charges fixes ou quasi-fixes représentent donc 2/3 du coût total, contre un tiers pour le gaz ou le fioul. En passant le cap de l’investissement, le bois permet une maîtrise de sa facture énergétique sur du long terme.

Plusieurs entreprises ont sauté le pas dans la région, c’est le cas de Michelin et des Fromageries Bel. Le fabricant de pneumatiques a investi 6,6 millions € (dont 25% éligibles BCIAT) dans l’installation d’une chaufferie biomasse pour son usine à Cholet. Avec une production annuelle de 50487 MWh, la biomasse permet désormais d’assurer 46% des besoins thermiques du site. Quant à la fromagerie, le montant d’investissement a été de 5,2 millions € (dont 48% éligibles BCIAT) pour une chaudière à destination de son site à Sablé-sur-Sarthe. Grâce à cette installation, la production biomasse annuelle atteint 55346 MWh et assure 73% des besoins thermiques. Dans les deux cas, l’approvisionnement provient essentiellement de plaquettes forestières tandis que les cendres sont valorisées en épandage ou compostage.

 

Références:
https://www.ademe.fr/bois-energie-qualite-lair-0
https://www.ademe.fr/bois-energie-ressources-actuelles-perspectives
https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/programmations-pluriannuelles-lenergie-ppe
https://aida.ineris.fr/consultation_document/10767
https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/biomasse-ilslontfait_entreprises_interactif.pdf